top of page

Pulvérisez la dépendance à votre Runner!

Dernière mise à jour : 21 nov. 2022

(Si c'est possible. Je crois en vous parce que vous êtes en passe de devenir maître Yoda!)



Voilà LE sujet qui froisse votre sensibilité, vous, chaser.

Soyons honnête : pour l'évocation d'un sourire de l'élu, ou un atome de son attention, vous feriez Paris-Compostelle à genoux et à l'envers n’est-ce pas ? (Moi je l'aurais fait! Avouez... non?)


C’est-à-dire que vous, chaser (et c'est une de vos innombrables qualités), vous êtes lucide et osez affronter pleine face cet amour suffocant qui vous sort par tous les pores de la peau. Nul besoin de déni chez un être aussi lucide que vous : votre runner est THE ONE devant l'éternel. Évidence absolue. CQFD.

(Et pendant que vous chantez les louanges de votre sublimissime amour divin et que vous en bavez sur Paris-Compostelle, votre runner, lui, cultive avec superbe l'art d'ignorer votre existence et l'éléphant dans la pièce. Cela ne vous agace pas un tout petit peu..?)


En plus d'être passé maître dans l'exercice de la négation de l'évidence, le runner est taquin (traduire : carrément odieux).

Et pas bête du tout! Il a parfaitement compris, par exemple, qu'il n'a même pas besoin de lever son petit doigt divin pour que vous accouriez, vos beaux yeux noyés de dévotion et votre coeur en offrande. Quelle que soit l'ignominie de son attitude, vous êtes présent.e, amoureux.se et dévoué.e, aussi sûr que l'eau ça mouille.

.... dans ces conditions, POURQUOI CHEMINERAIT-IL D'UN MILLIMETRE ???

(Et c'est heureux pour lui, la perspective de changer sa vie d'un zéphyr ou d'entrouvrir la boîte de Pandore de ses blessures lui fichant une sainte frousse. Poltron est le runner.)


Allez... Je sais à quel point vous l'aimez, ce divin trouillard, mais regardez-vous entre 4 yeux (les vôtres, et ceux du miroir)!

Vous offre-t-il un début de projet de relation épanouissante ? (Le mien, c'était zéro pointé sur le sujet. )

Et si vous comparez votre état d'avant LA rencontre avec celui qui est le vôtre aujourd'hui, ne sentez-vous pas poindre un léger goût d'auto-compassion?? (Personnellement, je me faisais profondément pitié.)

Surtout que, si vous êtes chaser, c'est que vous ne manquez ni d'expérience ni de travail sur vous.

Et bien alors ? Que vous arrive-t-il?

Vous qui aimez tant trancher dans le vif, qu’est-ce qui vous empêche de sortir vos papattes de cet innommable guêpier??


J'ai bien ma petite idée...


D'abord, chaser, vous êtes du type "droit au but!" Pour vous, le schéma est simple : vous avez rencontré l'Homme / la Femme de Votre Vie, on fonce à 2000km/heure et c'est tout.

Sauf que, vous le savez bien, le parcours flamme jumelle tient bien plus de l'ironie cosmique ou des méandres du labyrinthe de Chartres que de courses efficaces chez Casto un dimanche après-midi. Et cela vous ulcère !


Une autre chose que vous ne savez que trop bien : à défusionner d'avec votre cher runner, vous risquez d'affronter un récital de charmantes petites tortures : coeur déchiré, âme lacérée, sensation d'être amputée de la moitié de vous-même, voire de dire adieu aux derniers débris de votre équilibre...

Oh vous allez vous en sortir, cela ne fait aucun doute !! (Après un temps certain à dériver sur votre canapé face à votre vide abyssal, votre état dépressif et votre paquet de Milka.)

Seulement, le projet n'est pas très sympathique. Vous préféreriez de loin partir à Ibiza. (Avec votre runner, de préférence )

(Ma planche de salut à moi : papoter avec d'autres flammes jumelles et formuler régulièrement le mantra suivant "Merci de remplacer le vide laissé par mon runner par une haute énergie." Et aussi... un bon kilo de ténacité. )


Comble de la blague : vous savez que, malgré votre silence radio et votre ferme décision, vous aurez tout de même l'âme de votre runner collée aux pans de votre jupe, nuit et jour. En rêve, en pensée, partout. (Parce qu'un runner sait À LA FOIS vous fuir comme la poisse et vous coller comme un vieux chewing-gum ! C'est fort!)


Donc.... qu’est-ce qui peut bien vous motiver à vous débarrasser de cette fichue dépendance énergétique...?

Une seule solution : votre runner va devoir vous faire subir encore pire que les tortures décrites ci-dessus. Et il va le faire, croyez-moi!!! Il est considérablement doué pour ça ! (Je crois qu'avant de s’incarner, les runners reçoivent un training spécial commando sur le thème "faire péter un câble à son chaser".)


Il va vous passer l'estime de vous à la bombe H et à la moulinette. Avec maestria. Non pas 1 fois, ni 10, mais 10 000. Au moins.


Tant et si bien qu'un beau jour, au cri de " tant pis si j'en crève !", vous romprez la dépendance. Et ce jour, si souffrant soit-il, sera celui de votre délivrance. Alleluia!


Concrètement, vous allez faire comment ?

Vous allez vous ré-ouvrir à la vie, sans lui. A plein tube!! Et vous allez le lui faire savoir!

Vous allez danser avec vos copains-copines juste le jour où il était enfin dispo pour vous (Et vous en rirez sardoniquement ). Vous allez vous faire beau-belle et draguer tout ce qui bouge! Vous allez même vous inscrire sur un site de rencontre, tiens ! Tant pis si vous savez que cela n'ira pas plus loin qu'un flirt furtif ou une folle nuit de sexe (toujours bon à prendre ). Vous vous en foutez, c'est la vibration qui compte ! (Vibration que votre runner ne manquera pas de recevoir droit dans sa jolie petite gueule, vous pouvez en être sûr.e.)


Bref, vous allez ré-apprendre à KIFFER la life. Avec ou sans lui.

Vous allez également remettre votre empathie et votre patience à leur juste place (= à la poubelle) et verser dans l'égocentrisme de bon ton. Je vous recommande le mantra de mon amie A. (À qui je dois des royalties ) : " je m'occupe de ma gueule toute ma gueule et rien que ma gueule en ce jour qui m'est offert."


Et après...?

Après..?? Ô joie de n'en avoir rien à péter de ses silences ni de ses mots déplacés!

Ô sensation vide et étrange, mais libérante, de le croiser sans être poussé.e à vous accrocher à sa peau!

Ô bonheur de lui dire non, avec nonchalance!

Ô alignement avec vous, équilibre et force retrouvée. Enfin mille portes ouvertes pour vous!!!


Et le plus beau ? (Mais attention, qui ne peut advenir que si votre sortie de dépendance est totale - c’est-à-dire que vous êtes prêt.e à ne plus adresser la parole à ce.tte mufle-moufle de votre vie. Jamais ô grand jamais.)

... voir enfin votre runner goûter au manque de vous (...jubilation légèrement sadique... Vous l'avez bien mérité), voir ses certitudes limitantes s'effriter, et le contempler devenir lui-même pas à pas.


Vous l'aimez toujours de manière aussi viscérale et infinie, mais cette fois dans le respect de vous!! (Et vous voilà ceinture noire du respect de soi!!!)


Alors...? On y va...??


Posts récents

Voir tout

Comentarios


bottom of page