top of page

Le runner fantôme (et son comparse le runner stroboscopique)

(Ou encore : la relation flamme jumelle alias "kiffe ton amant invisible"!)



Il y a deux sortes de runners : le runner fantôme (ou lover spectral) et le runner stroboscopique (du latin brutalus disparitus animalum).

Quelle que soit sa typologie, on ne s'y trompe pas, l'homme/la femme-de-votre-vie-que-vous-n'oublierez-jamais-c'est-impossible-on-n'oublie-pas-sa-flamme-jumelle se comporte en parfait tir-au-flanc. Vous ne pouvez qu'admirer sa persévérance à se dématérialiser! Il/elle est encore plus léger que la Sylphide, et plane quelque part très loin de votre monde à vous, balloté par le vent comme une inconsistante feuille d'automne qui n'en finit pas d'atterrir.


Notice d'utilisation (avec descriptif des effets secondaires, of course!)


Le runner stroboscopique (votre amour éternel) :

Celui-ci clignote pire qu'une guirlande de Noël! Sans le sapin, c'est moins fun!

Là/pas là, là/pas là, là/pas là, là/pas là, là/pas là, là/pas là, là/pas là, là/pas là...

Ou encore : ouvert/fermé, ouvert/fermé, ouvert/fermé, ouvert/fermé, ouvert/fermé, ouvert/fermé, ouvert/fermé...

Ou alors : Amoureux/distant, amoureux/distant, amoureux/distant, amoureux/distant...

Mais aussi : intuitif/enfermé dans sa tête, intuitif/enfermé dans sa tête....


Rien qu'à le lire, vous en avez la migraine ! (A le vivre, ouh la la...! Imaginez-le deux petites minutes. Cela suffira largement à vous offrir un avant-goût de l'ulcération du chaser confronté à ce cas de figure. Sans compter que cela s'étale sur des années !!!)


Chaque matin, vous en avez des sueurs froides! A quelle sauce allez-vous être mangé(e) aujourd'hui ? Adulé(e) ou repoussé(e) ? Amour viscéral ou plan Q de passage ? Compagne ou simple maîtresse qu'on culbute négligemment sur un coin de table... ?

(Aujourd'hui, au menu du runner : refus en sauce concentrée, lunettes noires sur lit de déni d'évidence et la spécialité du chef "ratatouille de mauvaise foi". Aïe ! Vous n'auriez pas dû risquer ce sms : "Bonjour, comment vas-tu ?" Vraiment, vous exagerez ! Quelle intrusion !!)


Celui-ci vous fait vivre régulièrement de sympathiques heures d'arrachage capillaire.


Vous l'avez compris, ce n'est pas le/la partenaire avec qui partager son beurrage de biscotte matinal quotidien.


La solution ?

Vous finirez par le/la quitter.

Un beau jour de lucidité et d'élan d'amour pour vous.


Vous le/la quitterez en main propre.

Sans appel.


Si, si, je vous le promets.


Vous le/la quitterez même si bien, qu'il/elle se découvrira tout à coup un violent désir de constance relationnelle, et de profonds sentiments amoureux pour vous !

Ainsi qu'une grande et soudaine disponibilité.

(Que vous regarderez légèrement de haut, doté(e) d'un fin sourire...)

Et vous verrez, cadeau bonus, ça sera la fin de votre nuit noire de l'âme. (Ô, épanouissement de votre esprit comme la pâquerette au printemps !)


Un seul objectif avec ce runner qui cultive l'art de disparaître comme un lapin dans le chapeau d'un magicien : libérééééééééeeeeee-délivrééééééééééeeeeeeeee ! Na !

Le runner fantôme (ce grand voyageur de l'immatériel !) :

Celui-ci a le mérite de la constance : il vous fuit comme la peste !

De jour en jour.

De mois en mois.

D'années en années.

Ah, on peut lui reconnaître ceci ! Il/elle suit sa ligne de conduite IM-PE-CA-BLE-MENT ! Hop ! Une vraie boussole inversée : son aiguille marque toujours le point tellurique le pluuuuuus éloigné de vous.


A quelques détails quotidiens, vous notez l'apparition de maladies inédites. (Faut-il contacter le centre de recherche pour les maladies orphelines du runner ???)

Par exemple, la notification de votre numéro suffit à provoquer sur son téléphone une crise d'urticaire électronique !

Il/elle voudrait de toute son âme vous répondre mais (bien plus fort que sa volonté) sa main se dirige toute seule vers le bouton "raccrocher au nez". Un vrai parkinson ciblé ! Le/la pauvre !

L'évocation de votre prénom déclenche, quant à elle, une amnésie passagère !

Et, au moindre souvenir des merveilleux et intenses moments partagés, paf, alzeihmer !!


Zu t!! Que cela doit être difficile pour lui/elle ! (Une collecte de don pour la médecine du runner ??)


Bon, me direz-vous, au moins, la situation est claire ! Avec ce runner là, la voie de l'indépendance vous est grande ouverte. Un vrai appel divin au grand air ! (Et à vous remettre sur le marché des rencontres amoureuses fissa !)


Bien sûûûûûûr !

Sauf que la réalité n'est pas si simple !

C'est là, évidemment, qu'intervient le cher et tendre esprit de contradiction si caractéristique à la relation flamme jumelle ! Qui est blague cosmique, ou n'est pas !

... parce qu'on va bien rigoler un peu, hein ?


D'abord, vous notez la présence de son prénom partout. Sur les affiches, les journaux, les titres de films...

Et votre runner ne s'appelle pas Pierre, ni Céline, ni Louis ! (Un prénom si courant, que l'on lit partout.)

NON ! Il s'appelle Childeric !! Elle se prénomme Hildegarde !!

Vous mettez un pied hors de chez vous ? Et bing ! Vous tombez sur un article historique sur Childeric 1er ! Puis, dans le métro, une affiche annonce en titre "Child Eric". Et puis, paf, 15 minutes plus tard, un roman "Love Childeric" !

Vous n'en croyez pas vos yeux ! (Et vous avez carrément l'impression d'être poursuivi(e) par le KGB.)

Pour oublier quelqu'un, voilà qui est pratique !


Ensuite, votre runner s'immisce dans vos rêves.

Pas une fois en passant, comme ça, histoire de vous faire un petit coucou...

TOUTES les nuits ! Une vraie guigne !

Vous essayez baygon vert-special runner, le méga attrape-rêve 2000 de chez Casto, le super-nuit-tranquille-chamanique... Non non, votre runner est toujours là, installé dans votre subconscient et votre sommeil paradoxal comme le plus dangereux des squatters. C'est qu'il/elle s'y plaît, le bougre/la bougresse !

Pour parachever le tout, le/la voilà qui se colle aux basques de votre aura maintenant! Vous le/la ressentez partout avec vous. Dans votre douche, autour de votre petit déjeuner, quand vous passez votre aspirateur, quand vous lavez vos chaussettes...

Y en a marre à la fin !! Vous fulminez !! "Mais tu vas me lâcher la vibration, oui ?????"


Rien n'y fait.


Votre runner spectral est parfaitement dissocié.

Si son mental vous repousse avec dédain, son âme, elle, pas si bête, ne vous lâche pas l'énergie.

La super glue 3 du runner.


Bon, on fait quoi ??


On rigole et on l'envoie bouler vibratoirement !!!

Essayez ! Quand vous croisez la 50 ème publicité de la journée vous vantant les mérites amoureux de Childeric 1er du nom, plantez-vous bien droit devant elle et formulez haut et intelligiblement : "toi, je t'ai vu, et j'en ai rien à péter !"

D'accord, vous risquez de passer pour un/une schizophrène en liberté. Simplement, arrangez-vous pour ne pas croiser de policier juste à ce moment là. Et souriez aimablement à tout passant vous regardant de travers.


Idem, au dessus de votre thé/confiture du petit déj ! Votre runner vous frôle dans l'invisible ? Dites-lui avec tout votre coeur : "ok, tu es là ! Et tu sais quoi ? J'en ai rien à cirer!! Tu n'as qu'à pointer tes petites fesses bien incarnées !"


Vous verrez, à pratiquer cela chaque jour (sans modération !) vous respirerez beaucoup mieux !


Bien sûr, si vous assortissez le tout d'une rencontre bien sentie avec un Adonis ou une jolie nymphe (pourquoi pas une âme soeur ? ), c'est encore plus délicieux !


Moi, ce que j'aime bien dire à mes consultants me relatant la présence invisible et invasive de leur runner : "Ce n'est rien, l'univers vous rappelle simplement qu'il s'occupe de votre lien flamme jumelle à votre place. Faites-lui confiance et prenez des vacances! "



Bonnes vacances du lien FJ!!


29 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

(Si c'est possible. Je crois en vous parce que vous êtes en passe de devenir maître Yoda!) Voilà LE sujet qui froisse votre sensibilité,...

Le déni de votre runner n'en finit pas de finir. Il dénie votre histoire/ses blessures/qui il est vraiment.

bottom of page